Tour du monde digital 2089 : la vision de Léa

Tour du monde digital 2089 : la vision de Léa

à la rentrée on vous met dehors…

Après un TDF et un TDE, respectivement Tour De France et Tour D’Europe digital by 2089, les étudiants en Mastère 2 aspirent à réaliser le véritable accomplissement de cette école différente : 
le Tour Du Monde digital en 89 jours !

________________________________

 

Dans six mois, on sera déjà partis.
Six mois, ça parait très long mais court à la fois.
Un tour du monde, voilà ce qu’il se passe dans six mois.

Je ne réalise pas vraiment, j’ai l’impression que ça ne va pas arriver, que les éléments vont être contre moi, que je vais me casser une jambe deux jours avant le départ ou pire. Les voyages, c’est un état d’esprit, c’est une façon de vivre et une façon de voir la vie en général. Des personnes pensent être des voyageurs dans l’âme, mais une fois sur place ils ne sont pas aussi à l’aise qu’ils le laisseraient croire.

Voyager, c’est souvent quelque chose de personnel, pour moi c’est synonyme d’évasion pure et simple. C’est arrêter d’être auto-centré sur son petit monde, arrêter de se lamenter pour un rien, comprendre la chance qu’on a, la chance d’être en vie et de pouvoir en faire ce que l’on veut. Voir, entendre, goûter, sentir, se bousculer, être confronté à des éléments extérieurs qu’on ne peut appréhender, voilà ce que c’est que de voyager. J’attends qu’on me secoue, qu’on me dérange j’attends de m’en prendre plein la tête, plein les yeux avec des paysages à couper le souffle ou avec des scènes bien plus dures, plein les oreilles aussi avec des sons propres à tous les pays, j’ai hâte de m’asseoir sur un banc et seulement écouter ce qu’il se passe autour de moi. Alors un tour du monde, c’est pas rien et si mon karma est favorable, je décollerai avec les autres.

On partira ensemble et ça me fait peur. Avec ma promo, on commence à se bien connaitre, mais il y a toujours des comportements et des manières de penser que je ne comprend pas et qui m’exaspère au plus haut point. Je ne veux pas m’énerver alors que je suis sensée passer un moment magique et inoubliable. Le problème c’est que je sais que ça va arriver. Qu’on va avoir des problèmes, de quelques sortes que se soit. Alors forcément, j’y réfléchi. À la bonne manière de dire ce que je pense, à la façon de me faire entendre sans passer pour une personne que je ne suis pas. Ce qui peut vite arriver, sachant que je peux tout cracher sans m’en rendre compte et parfois blesser certaines personnes.

On est un groupe, on est pas des amis même si des affinités fortes se développent au fil des mois. C’est une contrainte comme un avantage. Je préfère le voir comme un avantage pour le moment, parce que ça veut aussi dire qu’on a différents regards sur une même situation. Qu’on ne va pas tous réagir pareil à un événement et ça peut être très enrichissant pour nous tous. Il va falloir s’adapter, au pays, à la culture, à la nourriture, aux traditions mais aussi et surtout aux autres. Je pense qu’un tour du monde, tel qu’on va le vivre, peut me faire ouvrir les yeux sur la condition humaine, sur les réactions chimiques, sur des personnalités diverses.

Et surtout, sur moi même. Je ne me connais pas assez pour deviner à l’avance mes réactions, ma gestion de la fatigue, et les aléas d’un tel voyage. Mais j’espère confirmer ce que je pense être déjà, une jeune femme forte et déterminée.

Je veux me prouver que ce que je pense est vrai
et que je suis vraiment cette personne là.

Léa Nador.
Étudiante Master 1 Communication Digitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *