You don’t see me ?

You don’t see me ?

Peut-on encore échapper aux appareils qui capturent nos instants de vies ?

Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089

Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089 Assaad El Mellouki - Londres #TDE2089

Que vous soyez d’accord ou non, qu’importe car vous êtes filmés en permanence.
Toujours, partout, tout le temps. Le monde dans lequel nous vivons est un gigantesque film qui ne s’arrête jamais. Nous sommes tous acteurs et en même temps, tous dépendants d’une société d’image et d’instantanéité.
Vous êtes pris en photo par des personnes que vous connaissez. Oui mais également par de parfaits inconnus, de manière volontaire ou non. Pour être admiré ou non. Pour être moqué peut-être. Sur combien d’appareils est-ce que vous pensez apparaître ? Je vous parle d’un beau portrait où vous prenez la pose volontairement ou d’une apparition en bas d’une photo moche et un peu floue du touriste chinois qui court partout.
Est-ce que vous avez une idée ? Parce que moi pas. Nous sommes les acteurs et des modèles de la vie réelle. Plus vrais que nature, parce qu’étant nous-mêmes. Sur les caméras qui sillonnent la ville, les bus, les magasins, les rues ou encore des voitures parfois. Je vous conseille de sourire car vous ne savez pas où terminent les millions de clichés de vous qui circulent dans le monde. Certains dans la poubelle de l’ordinateur d’une Anglaise, d’autres sur le mur d’un Brésilien, encore un autre dans le carnet d’une jolie Italienne en guise de marque-page, mais qui sait si vous ne figurez pas sur l’Instagram du Canadien que vous avez croisé à côté de Big Ben sans le voir ? Ou sur son mur Facebook ? Peut-être même que bientôt votre photo fera le tour du Web, pour une bonne raison je l’espère pour vous. Le grand film dans lequel on vit, ne ressemble à rien parce qu’il est brouillon mais rempli de colorations différentes.
C’est ça notre force, nos particularités et les singularités propres de chaque pays et de chaque habitant. Et du coup, on va en faire quoi de ces images ? Est-ce que quelque part en Antarctique un groupe de tarés pirate toutes les bases de données pour créer un documentaire animalier géant sur vous, sur nous, sur les humains, beaux animaux que nous sommes ? Je vous laisse avec cette question mais soyons prêts pour ce grand film mondial.
Photographie : Assaad El Mellouki
Rédaction :
Léa Nador

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *